Cuba :Havana - Santiago via vinalès!

28 octobre 2005

veille de voyage

Préambule :

Dans quelques secondes vous serez plongés dans notre carnet de voyage avec  centaine de photos et textes.

je vous propose avant toute chose, d'agrementer votre lecture avec  ce petit clip vidéo qui va apparaitre dans la petite télé..


 



Tout au long de ce récit , vous pourrez entendre les voix ou les musiques qui correspondent aux photos, il faudra juste cliquer sur le logo "lecture "quand il apparaitra et éviter d'ouvrir plusieurs sons en même temps.

Vous trouverez très prochainement près de deux heures de sons dans la catégorie "mes prises de sons" située dans la colonne de gauche.

 

Je vous souhaite donc un bon voyage (il commence juste  après cette photo).....HASTA PRONTO


percus_11

Je me souviens encore de ce vendredi 8 juillet 2005 , la veille de notre départ.

Il faisait gris et frisquet, j’étais à la fois impatient et fébrile.

J’allais ENFIN partir à CUBA …trois semaines en vacances.

Avec ma sœur de 25 ans « MARIA ».

Un voyage sur la perle des caraïbes plutôt bien organisé : billets d’avion achetés 6 mois en avance chez air IBERIA, voiture louée de France avec une agence de voyage, un circuit prédéfini (traversée de l’île d’ouest en est : Havane, Vinales, Cienfuegos, Trinidad, Santa Clara, Camaguey, Santiago, Baracoa, La Havane) et surtout l’hébergement chez l’habitant déjà tout réservé via une association française http://perso.wanadoo.fr/rentincuba/.

C’était un peu l’aventure mais avec un minimum de « luxe ».

Je possédais depuis 4 mois le LONELY PLANET et Maria le guide du ©ROUTARD.

Je l’avais lu et relu. Pour nous, ce voyage serait synonyme de :

Son, Malecon, Carretera central, MOGOTES, Roméo y juliet, Carta Blanca , belles américaines, Mojitos, congas, CHE, carnaval, jineteros, soleil etc..

Cuba, c’était un rêve inaccessible, il allait devenir réalité. Nous allions plonger dans la carte postale.

C’est notre mère qui nous a TRANSMIS cette passion de CUBA.

Un voyage là bas en 99 l’avait marqué à jamais.

Depuis bien longtemps et avant tout le monde, ma sœur et moi étions bercé, non sans lassitude, avec le buena vista social club ou de la musique afro-cubaine. Notre mère « amoureuse » du CHE nous en avait tellement parlé de cette révolution et de FIDEL que nous ne pouvions que sympathiser….

Donc, ce 8 juillet, nous étions à quelques heures du départ.

Avec Maria, chez moi dans l’Oise, pas loin de Roissy, nous étions en train de vérifier nos bagages. Nous avions chacun notre petite HOUSSE de voyage ultraplate samnsonnite pour mettre dedans argent, passeport et autres papiers. Nous avions bien évidemment des vêtements légers, nécessaire de plage, de toilette, lampe de poche et même des pull-overs !!

Nous avions aussi pensé à ramener pour nos futurs amis CUBAINS des petits échantillons de parfum, savon, shampoing ou autres produits de beauté. Rendons à césar ce qui appartient à César, c’est Maria qui y avait pensé !!

Nous étions fin prêts, « nous avions tout prévu sauf l’imprevisible »!! 2005_07_08t055329z_01_nootr_rtridsp_1_ofrwr_caraibes_floride_ouragan_20050708

Un ouragan nommé DENNIS !!!

Jour du départ : entrée en matière
Trois heures du matin, le téléphone sonne (le printemps de Vivaldi).

Je dormais paisiblement, quelque peu éméché par les verres que j’avais bu la veille.

DRING DRING…..je décroche. Ma mère !

Limite hystérique, des tremolos dans la voix.

« Avec l’ouragan, c’est pas possible.. ; c’est la zone la bas ! !mais vous vous rendez compte ? ça va pas être des vacances. ; Pas d’eau, pas d’électricité…y a des morts BON DIEU !!!je vous demande de pas partir.. ; tu comprend ou pas ??? je vous INTERDIT de partir…j’ai eu votre père …..(Agressive) VOUS RESTEZ ICI !!! ».

Ma soeur et moi, complètement dans les choux, restions quoi..

Ce voyage allait être annulé à cause d’un cyclone

DENNIS était le premier d’une série qui allait être impressionnante (katarina, rita…).dennis

Ma mère (comme nous d’ailleurs) avait passé sa soirée derrière le net à en savoir plus à son sujet. Les infos nous montraient les images spectaculaires d’un DENNIS qui touchait de plein fouet HAITI. Selon Internet, DENNIS avait touché la région de Santiago ; il y avait des victimes. L’ « uricane » allait dévaster l’île.

Internet disait aussi qu’il serait parti vers la Floride d’ici 24 heures.

Nous étions donc désempares. Il fallait annuler et se faire une raison.

J’eu beaucoup de mal malgré mon état comateux à retrouver le sommeil.

Ce voyage ça faisait au moins 5 ans que j’en rêvais. Et là ; à la veille de mon départ, je devais dire NON. Je réfléchissait déjà à une autre destination (nos finances nous le permettaient !).

J’étais très déçu….c’était inconcevable d’y penser !

La nuit fut courte mais conseillère. A l’heure prévue 7 h, je me réveillais et défiant l’autorité parentale (j’ai 28 ans quand même), je pris mes responsabilités. Maria était ok, Nous allions quand même partir dans ce contexte d’ouragan et nous verrions bien sur place si nous aurions ou non l’occasion de regretter notre choix.

Ce fut mon ami Laurent qui nous emmena dans sa 106 à Roissy, au terminal 3 de l’aéroport international CHARLES DE GAULLE.

Compiegne-roissy se fait vite un samedi matin.

Nous arrivons sur les lieux à l’heure convenue. Il fait beau. Il y a pleins de gens heureux de prendre l’avion. C’est l’effervescence. Y pleins de valises , de gens qui télephonent

Nous allons au guichet Nouvelles frontieres ou l’hotesse sans sourire nous dit qu’il n’y a aucun probleme, que le vol n’est pas annulé, elle nous donne gentiment nos billets, et notre « sésame », la carte touristique obligatoire.

9H10.Nous nous dirigeons donc enthousiastes vers le stand iberia ou nous nous appretons à prendre notre paris madrid à 11 heures ,
madrid la havane à 17 heures.

La dame ibéria est espagnole, elle ne parle pas trop francais. Dans un anglais confus elle nous explique que notre avion a déjà décollé. Soit près de 10 heures en avance !!!

Et personne nous avait prévenu, madame iberia qui s’appelle paola nous dit que c’est bête et embetant MAIS qu’il y a de la place dans un autre avion dans deux jours !!

Il fallait agir et vite…que faire ??

Un coup de fil et passage au stand de nouvelles frontieres qui avoue ne pas etre au courant de ce problème.

15 minutes d’attente..et surprise.. L’avion iberia que nous avions soit disant raté, doit finalement décoller…Direction : l’enregistrement des bagages.

Les voyages réservent toujours des surprises.

Là sur ma gauche, dans la file pour ST jacques de compostelle , je vois un jeune homme mal rasé, avec des grosses lunettes noires, une touffe de cheveux frisés, et un blouson en cuir..

« Raul ???                                  raul_et_moi1

- si ??? »

J’avais vu juste c’était Raul Paz, chanteur cubain, vivant en France.

Artiste que je vous recommande vivement. Interview et photos de rigueurs.

30 minutes plus tard alors qu’on arrive au guichet et que l’on pose nos baguages sur le tapis roulant. Coup de théâtre : finalement l’avion avancé soit disant en partance est finalement annulé…mais divine surprise, nous avons deux places sur le Air France Paris la Havane de 13 heures !!! Juste le temps d’embarquer …

Après avoir poireauter inutilement 15 minutes devant un tableau d’information qui n’a servi à rien, nous trouvons enfin le lieu d’enregistrement de notre nouvel avion.

A l’autre bout de l’aéroport…

Pleins de monde, pleins de bagages, de gens, pas de queues, pas de sens…le bordel quoi !

Et la présence parmi les voyageurs de l’équipe cubaine de base ball.

Au moins une heure d’attente….enfin !!Passeports en main, nous effectuons les démarches administratives avec le gentil agent au sol qui enregistre nos sacs et valises.

PANNE.

Tout s’arrête…

20 minutes plus tard, nous étions enfin libérés de nos bagages avec, heureux notre titre d’embarquement dans la housse de voyage ultraplate. Porte A43 ou un truc dans le genre.moi_aeroport

Tout aurait pu bien se passer. Mais Non !!!

Alerte à la bombe !!!!! un bordel monstre je vous dis même pas !

2 heures plus tard, à 17h45 nous étions enfin dans l’avion heureux qui comme ulysse.

Nous ne savions pas encore que nos baguages resteraient à Paris !!!

(à suivre dans le prochain épisode : les douanes à La Havane, les premieres pannes d'électricité et la visite de la capitale par RAFAEL, cubain adorable....)

Posté par pedrolane à 11:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Premiers contacts !

Je tiens à preciser que je n'ai aucun lien de parenté avec Jean-Cyril Spinetta  .9462231

Sachez le en tout cas , excellent voyage. Les stewards tres serviables, les plateaux repas vraiment bons, boissons et alcool à volonté. Petits cadeaux : un masque bleu pour dormir sans etre ébloui par la lumière ET une couverture toute bleue si jamais on est géné par l'air climatisé...

Cerise sur le gateau : le commandant nous explique que l'ouragan n'est plus sur Cuba et qu'on va passer de bonnes vacances ensoleillées ! la pression peut retomber. Après deux mignonettes, je peux,enfin,dormir un peu, harassé par cette journée.....dommage j'ai manqué la projection du chef d'oeuvre Miss detective 2.

Le boeing atterit sur le tarmac de José Marti.
" la havane, 25 degrés, il pleut! tout le monde descent".
il est minuit heure locale.

Dehors, la lune est cachée par les nuages.  Sur la plate forme de débarquement j'aperçois les premiers cubains, les premiers sourires, les premieres paroles, un accent chantant et un rythme saccadé.
il fait lourd.

LES DOUANES/

Y a pas à dire il fait très chaud dans cette salle. trop chaud !La douane est un batiment plus moins moderne.

De grosses rafales de pluies dehors. un vent qui souflle...des papiers qui volent.
Je vais aux toilettes,ne fais pas attention(à l'odeur)et met ma chaussure dans une énorme flaque d'eau (?). les Wc sont bouchés.Et ma chaussette trempée! la lampe gresille par intermistence.

Plus de lumière. Première panne d'electricité , là bas ont dit "APAGONES". cela dure 5 minutes.

En tout, il doit y avoir 7 files d'attente.
C'est  presque aussi long qu'à Roissy. Du monde devant, derrière.
Et pas de chance pour nous, la notre de file est plus longue à la detente. une heure et demi passent,
le dounier n'a pas à proprement parler une mine patibulaire, mais il ne semble pas avoir inventer l'eau chaude. il fixe ma photo, mon visage et alterne pendant trois  longues minutes. apres 7 minutes de réflexion, il décide de me laisser passer et me rend un petit papier qu'il ne faut ABSOLUMENT  pas perdremarti,
la carte de tourisme.

AEROPORT JOSE MARTI (photo)
Objectif: prendre bagages le plus rapidement possible , trouver taxi et faire du change.
J'échange à la CADECA pour l'équivalent environ de 450 euros.

Pour faire simple, à Cuba, il ya deux monnaies: le péso cubain utilisé par le pueblo, 26 pour un euro.( dessus des personnages de la revolution : josé, camillo, ernesto ou antonio, avec on ne peut  quasiment rien acheter pour la bonne et simple raison que les magasins d'état qui l'acceptent n'ont rien à vendre )

et puis le péso convertible , un pour un eurodollar utilisé par les turistas. (dessus des monuments, avec la possibilité de tout se procurer , quand les cubains font la conversion  de leur paye mensuelle ,ils ont en moyenne l'équivalent de 30 pesos  convetibles /euros).
Ici à cuba, il est vraiment désavantageux d'avoir des dollars dans les poches.

le change est fait je glisse les nombreux billets dans ma housse ultraplate samsonite)....
Il ne reste plus qu'à attendre les bagages. Comme on a perdu du temps à la douane, ça devrait aller vite.
Le tapis roulant tourne : vélos, chaine hi fi, valises, cartons dvd, sac à dos.
Les gens, tout sourire, récuperent leurs biens et s'en vont découvrir ce qu'il ya de l'autre coté  de la porte vitrée.

Nous retrouvons deux petits jeunes rencontrés à Roissy.Deux parisiens de 19 ans, l'un d'eux qui est apprenti chez air france vante les mérites du comité d'entreprise. ils vont se taper une semaine à Varadéro.0680_028 Pour moins de 400 euros. Kevin me confie avoir hésité avec Ibiza.

Varadéro, c'est parait il , 20 kilometre de sable blanc.
et c'est aussi la vitrine du tourisme à cuba, si vous aimez les mega complexes hoteliers mal entretenus, les ambiances club, et le farnienté autour de la piscine alors que la mer bleu azur est à 50 mètres c'est pour vous!...Je suis sur que l'on peut y faire de chouettes rencontres avec d'autres européens (anglais, allemands, hollandais ou encore danois) et y passer d'agréables soirées GO.
Les cubains y seraient à Varadero, personna non grata.

Réception bagage :2 heures du mat.
Il y a aussi parmi nos nouveaux copaintouristes qui parlent avec nous  une jeune islandaise de 22 ans Hilda. Elle nous explique dans un excellent anglais qu'elle a du poireauter trois jours à londres à cause de la tempete.et qu'elle va passer un mois ici toute seule.

Deuxieme ou Troisieme panne d'électricité, peu importe...

Quelque chose cloche! il manque une flopée de bagages, nous sommes au moins 30 à rester, et les tapis pour les valises roulent à vide...Ruée sur l'accueil, la dame qui s'occupe de ça à l'air débordée, les gens commencent à maugréer, à gueuler, à perdre leur self contrôle. Finalement, une femme trop maquillée et mal polie prend les choses en main dans un "superbe" espagnol.
"les bagages sont restés à Paris,il arriveront demain à 18 heures,(silence pesant)  mierda !!!".

Moi je m'en fichais un peu de pas avoir de brosses  à dents ou de vetements , j'avais le plus important dans mon sac à dos : une bouteille de rhum TROIS RIVIERE 55° achété au duty free .
Maria , par contre n'avait pas son produit à lentille. Je compatissais!

Après avoir rempli moult formulaires , nous nous dirigeons enfin vers le taxi. Un peu perdus.
( Hilda nous accompagne , comme ça on se partage la note , comptez à peu près 20 euros ou pesos ou chavitas pour le trajet aéroport-centro habana).  BANK!

Il doit etre Trois heures du matin. Los van van à la radio. J'interroge le chauffeur  (moustachu à lunette )sur l'ouragan qui vient de passer, il rigole. Il s'en fiche royalement.

Dehors, je vois les premieres voitures americaines, des palmiers balayés par les rafales,il pleut énormement , dennis exerce encore de son influence. des gens en t-shirt  et bermudas qui courent,dans des rues peu éclairées. il n'y a pratiquement aucun autre vehicule sur la route.

Nous passons devant la PLAZA DE LA REVOLUTION, place énorme qui peut accueillir plus d'un million de castristes.Sur l'immeuble avoisinant, le ministère de l'intérieur, je peux y voir  sur la facade le portrait du CHE.tn_32576_plaza_de_la_revolucion(voila le site internet où j'ai trouvé cette photo :
http://daveinthehay.photo.doctissimo.fr/Cuba-La-Havane-alb3048-1.html ), cette photo je l'avais du dans le guide, j'étais content.

Nous déposons Hilda à son hotel..au revoir , à bientot , rendez vous est fixé le lendemain pour le retour à la case bagages.

Nous arrivons enfin callé netpune, centro habana. Nous payons le tacos et dechargeons nos bagages.
Pas un chat dans la rue. Pas de Reverbères, NO LUZ !
Impression assez bizarre tant les immeubles autrefois majestueux  et aujourd'hui délabrés semblent sortir de nulle part.

nous appellons notre hote "ANGELOOOOOOOOOOOO......
Une fois , deux fois!!! trois fois !

CLIK..grincement de porte, et une lumière..une sorte de sabre jedi, un néon. c'est une demoiselle, elle a l'air de dormir.

Paola nous fait monter (escaliers en bois, mur à la peinture écaillée), nous explique qu'il n'y a pas d'electricité, elle semble embétée...nous dit que nous arrivons avec pres de 6 heures de retards et que la chambre est déja louée. (tout ça, c'est bien entendu ma soeur qui me le traduit!).

L'appartement est spacieux et coquet, télévision, canapé, beaux fauteuils,c'est propre , il y a un balcon, une cour exterieure). Des tableaux sont acccrochés sur les murs du salon, les plafons sont haut, il ya une fausse plante verte ).
Nous avons quand meme droit à une chambre. ouf !
La gentille dame qui a l'odorat developpé  nous dit que les toilettes de la dite chambre sont bouchés mais que ça s'arrangera demain. et puis aussi qu'il n'y a pas d'eau pour la douche . la chambre est sympa, grand lit avec miroir et affiche d'une jolie latino naturiste.

Notre hote "angelo" prend alors nos passeports et écrit srupuleusement nos references sur un carnet très officiel.
à priori, il n'a qu'une hate : aller se recoucher.

Il est tard, il fait chaud et je suis sous les draps. Que d'émotions !!!
Apres l'ouragan, apres l'avion raté, l'alerte à la bombe, l'attente à la douane et les bagages perdus,
ça y est on est posé. et tant pis pour tout...l'important c'est d'etre là...heureux

Demain, on pourra enfin se promener dans les rues de la havana. Le pied.

Nous eteignons le néon...prêt à fermer un oeil.
BZZZZZZZZZZZZZZZZZ!!!!
Je me dis que mince, c'est con, la lotion "antimoustique tropicaux "se trouve dans mon gros sac à dos.

buena noté !!

Posté par pedrolane à 12:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Visite guidée à la Havane.

chez_angelo_centro_havana_maribloga2Cette première nuit au XXXX calle neptuno chez angelo ne fut pas de tout repos. Je n'avais pratiquement pas fermé l'oeil. J'étais enervé du café que j'avais bu quelques heures avant dans l'avion , je faisais que penser à ce qui allait nous arriver, excité comme un diable je me retournais dans tout les sens, j'etais piqué par les moustiques, réveillé par un bébé en pleurs, ou la chaleur de la pièce.

Un réveil plutot rude. Ma bouche est pateuse, operation brosse à dent !
C'est alors que je me suis souvenu que non seulement il n'y avait pas d'eau pour se doucher mais que aussi les wc etaient OUT. Tant pis, c'est la vie...
Et surtout la lucha quotidienne des cubains.
D'ailleurs je ne devais pas me plaindre car j'allais à l'instant dévorer un delicieux petit dej' composé de café cubano, de goyaves, bananeS, tranches de pain, lait et bien sur "Omelettas"(il faut savoir que pendant trois semaines tout les jours , tout les matins ,nous allions incurgiter des oeufs,pas recommandé en cas de cholesterol).
Ce petit dejeuner quotidien etant un VERITABLE LUXE pour le cubain lambda

je fais alors connaissance de carolina* et genevieve*.
Deux etudiantes françaises, parisiennes parties avec la même association que nous.

blogchez_angelo_centro_havana_deuxieme3Elles sont souriantes, elles aussi ont un peu galérer avec l'ouragan, on en discute quelques minutes avant de devier sur le sujet des itineraires touristiques envisagés.Puis sur ce qu'on fait dans la vie.

C'est donc la CALLE NEPTUNO que vous voyez en photo, du balcon de chez angelo, vous remarquerez que j'ai le meme     t shirt qu'hier...il faudra retourner ce soir à l'aeroport.

Arrive Rafael. La trentaine, Black, cheveux rasé, en t shirt blanc et short, claquettes...assez imposant, lob de l'oreille arraché (je vous raconterai plus tard comment).. souriant avec une voix grave, il parle vite . Rafael vient de santiago, c'est un ami de la famille; il travaille occasionellement dans la plomberie ou la maconnerie,  et il est fier de nous dire que c'est LUI qui a fait la BELLA salle de bain  de notre chambre ( temporarement sans eau courante) . Nous lui proposons de devenir pour la journée notre guide. Il accepte gentiment notre invitation...et court dans la foulée à son domicile s'habiller mieux.

raf_et_moi_blog  Désolé de vous le dire mais parler espagnol à Cuba est vraiment un plus!! et je regrettais comme JAMAIS d'avoir choisi  russe en deuxieme langue en 4eme au college berthelot. Rassurez vous, il est facile de communiquer avec les cubains même sans maitriser la langue de Cervantès.

Ne serait ce qu'avec la musica !!Lors de cette visite de la Havane ,je parlais salsa avec rafael, nous chantions des classiques et faisions des percus avec notre bouche ( c'est vraiment très intérssant !)...Rafael chanta à merveille el manicero ou lagrimas negras.

Centro habana a un avantage: c'est qu'il se situe au milieu de tout, habana viera, vedado, malecon, casa de la trova...
la_havana_pris_entre_deux_elos1

Le depaysement est une sensation vraiment agréable. Les premiers pas dans ce quartier POPULAIRE furent troublants. Beaucoup d'hommes dans les rues torse nu, Puros et cigarettes au bec et qui élevent la voix ,
des enfants qui jouent au base ball avec des batons et une boite de conserve, des chiens amaigris qui fouinent dans un tas d'ordure ...
des motos pétaradantes aux conducteurs sans casques, une pharmacie et une épicerie ouvertes, et rien  ou peu , me semble t'il ,sur les étals.

Nous marchons depuis plusieurs minutes quand soudain un mec jeune à l'allure louche, dépenaillé interpelle Rafael. Celui ci semble sur la defensive, il  sort des papiers de sa poche. Le type qui n'inspire pas confiance est un FLIC. Il faut savoir que les cubains n'ont pas à priori le droit de cotoyer les etrangers même si ça c'est un peu relaché ses derniers temps.

Rafael , noir de peau je vous le rappelle , se fera , en tout , controler 5 fois dans la journée. et à chaque fois , il gardera son sourire , habitué à ce que je considère être un abus d'autorité flagrant.

prado_havana1

Le ciel havanais est couvert, le soleil est caché par la grisaille, il ne fait pas trop chaud, notre promenade est magnifique. flanerie sur le PRADO, un  passage  obligé et pour les touristes et pour les riverains, c'est une trouée  pietonne sous des arbres avec des bancs où les peintres vendent leurs toiles, et où les machos,les femmes, les jeunes viennent"faire les beaux".

                                                                                     Il est 11 heures et demi passée, Rafael vient de se faire controler une deuxieme fois par la maison poulagas (nicolas sarkosy devrait en prendre de la graine,; du bon boulot !).
Il est 11 heures : L'heure de l"apéro comme on dit!premiere_cristal_blog


Un "son" endiablé sort de ce bar. on y entre.
Première CRISTAL "la preferida de Cuba" ( la cristal est à cuba ce que la KRO est la France).
Je me disais qu'il était un peu tot pour un mojito !

et premier groupe de musique un Septeto : chanteur à la Bennie moré, maracas, congas, contrebasse, timbalès, guitare, trompette -flute. Je jubile....ça joue trop bien !

et suis dégouté quand je vois un vieux XXX!!!! (bob heinecken et collier en or)  mettre sur ses genous une mineure de 15 ans habillée comme britney spears.

Rafael est vraiment gentil, il nous emmene devant les endroits incontournables, tels  calle Obispo ou le Capitolio, copie presque conforme de celui qu'on peut trouver à washington aux states , l'entrée est chère pour le touriste et à part la beauté des lieux (grandes colonnes, statues gigantesques) , il n'y a pas grand intérét, si ce n'est un magnifique diamant encastré dans le sol ).
cathedrale

            
habana vieira est vraiment un quartier magnifique, avec  il est vrai les groupes traditionnels, les camelots etc mais un charme fou, une ambiance certaine et cette cathedrale sortie d'on ne sait où..Devant elle ,surtout la nuit, on se croirait devant un décor de tim burton.


PARENTHESE Nutrition: on peut le dire, c'est dur de bien se nourrir à cuba, l'idéal , si le budget le permet et si on veut pas se prendre la tête,  c'est de se nourrir chez l'habitant (jamais de mauvaises surprises, diner servi à l'heure souhaitée, copieux etc...).
Les restaurants sont pour le moins douteux, le personnel pas trop motivé et puis le service peut etre long aussi. Il y a des chaines de fast food , ou l'on mange plutot mal..
Rafael a alors la bonne idée de nous emmener dans le BARRIO CHINO, quartier DIT chinois MAIS où il n'y a aucun asiatique.
Les serveuses et serveurs sont,par contre, affublés de toges japonaises ou coréennes. C'est  d'un Kitsh,
Rafael nous y trouve alors un restaurant vraiment pas cher. une sorte de resto associatif.
Une assiette de riz avec du poulet pour deux pesos convertibles. prix très correct.
J'en suis à ma troisieme ou quatrieme cristal. Des adolescents nous sollicitent et demandent la pièce.

Le meilleur souvenir de cette journée fut incontestablement de marcher sur le malecon.
blog_malecon_rafael_con_m_i2

J'en révais de ce moment là. Le malecon, c'est un des symboles de la Havane, c'est leur promenade des anglais.
Les jeunes, malgré la pollution de l'océan viennent s'y baigner, les musicens viennent  y jouer (un trombonniste nous interpertera la marseillaise ), les jineteros y draguer. et le cubain moyen y passer le temps.

SI j'y retourne un jour, j'y passerai la nuit.
Un conseil : allez y avec une bouteille de RHUM et partager la.

D'ailleurs à la fin de la journée, on se demandait si il fallait ou non payer Rafael pour ses services rendus.
Nos avis etaient partagés, fallait il ou pas lui donner de l'argent? combien? Allait il bien le prendre?

Le lendemain matin, je lui offrais la bouteille de Rhum d'un litre de Trois rivieres que j'avais ramené du Duty free..Du rhum martiniquais à 55 degrés.
Rafael fut aux anges et berça son cadeau comme un bébé. Il avait meme l'intention  de ne pas l'ouvrir et de la garder pour la boire specialement à Santiago avec sa famille lors de son anniversaire qui coincidait avec le carnaval. Le surlendemain, il me confia, qu'il n'avait jamais bu un ron aussi fuerte.

Retour à l'aéroport.
Nous retrouvons Hilda, touriste islandaise qui, elle aussi, n'a pas ses bagages.
la pauvre n'avait pas eu la veille de chambre à son hotel, et avait du ,contre une petite fortune, se contenter d'un matelas  posé par terre dans un sous sol.
nous récuperons bien contents et à l'heure convenue nos bagages.

Parenthese TAXI: je vous l'ai dit un trajet Centro habana- aeroport en taxi coute en moyenne 20 pesos convertibles, c'est le tarif des taxis officiels. Cette fois, c'est un particulier cubain qui nous y emmene c'est simple c'est deux fois moins cher ! Il a le sens de l'humour, une 40 aine d'année, il parle très bien anglais, son père est exilé en Floride, lui est juriste mais gagne sa vie grace à sa voiture (c'est un veritable privilège ), Il ironise sur sa condition et ne semble pas étre Castriste.

Diner aux chandelles.
Le soir ,erreur d'organisation, nous cherchons un endroit pour se nourrir.
Angélo et son amie nous EMMENENT alors dans un PALADARES, un resto chez quelqu'un..endroit discret, on ne l'aurai pas trouvé. (nos hotes toucheront une commission pour avoir amené à l'EL JINETERO des clients).
C'est très cher et de mauvaise qualité. 10 pésos pour un poulet grillet, le midi au barrio chinolle meme plat était 2 pesos.

La touriste Carolina, nous fait d'ailleurs flippé à table, car la bouteille d'eau qu'on nous a servi est déja "dégoupillée"...
" ils font ça en colombie, il remplace la bonne eau par de l'eau du robinet  on va etre malade, avoir la colique faut pas la boire, patati, patata.." Je décidai donc, par soucis de sécurité ,de prendre une CRISTAL.
Petit détail :notre diner se passa aux chandelles, non par soucis de romantisme mais parce qu'il n'y avait pas de courant.

Nous étions juste à coté du LAS VEGAS, qui est censé etre une sorte de boite de nuit.
Pas de chance pour nous, il n' y a pas de courant et donc pas de sono.
Attablés à a terrasse sans lumière, nous faisons la connaissance de ruben et Manuel ,jeunes cubains très gentils. ils s'installent avec nous.
manuel_2

Manuel (que l'on croisera un peu plus tard ) est, je le cite, étudiant en barman, il aime faire le DJ et reve d'aller à paris ou amsterdam pour les raves party...il aimerait sauter en elastique de la Tour eiffel.

pour l"écouter c'est ici.

Posté par pedrolane à 17:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

31 octobre 2005

QUE CALOR ! (deuxieme jour)

totem_calejon_blogC'est une journée delicieuse qui s'annonce. il fait à 9 heures une chaleur accablante, le soleil brille et tape.

je bois mon jus de mangue sur le balcon, mon café encore fumant posé sur le rebord en pierre.

Devant moi, dans la maison d'en face, je vois une senora, se balancer sur un  rocking chair, il y a deux chiens sur le toit. Un homme passe dans la rue avec une cariole chargées de bananes, elle grince .

Nos problèmes de douche ne sont pas encore résolus mais angelo nous apporte une immense cuvette remplie d'eau, et puis un petit bol pour qu'on se la verse dessus..Vu la chaleur, ce n'est pas du tout désagreable se se laver de cette manière et en plus ça fait faire des économies.

Nous avons fait la connaissance la veille d'Ernesto représentant de l'association francaise avec laquelle nous sommes partis.  Nous faisons un point avec lui sur notre plan de voyages et nos reservations.
Nous n'irons pas à Trinidad et cienfuegos, l'ouragan Dennis aurait dévasté ces deux villes classées au patrimoine mondial de l'humanité.
Ernesto qui parle très bien le Francais, va nous faire la visite.
calejon_de_hame_blog_l

Je peux apercevoir dans la rue des dames ou des vieux monsieurs assis et qui vendent à meme le sol des objets divers et variés, une cigarette, un rouleau de papier Cul ou encore des canettes.

CALEJON DE HAMEL
est un endroit recommandé par les guides touristiques, c'est à deux pas de calle neptuno, je regrette de ne pas y etre allé la veille car tout les dimanches midi à cet endroit, il y a une cérémonie de santéria destinée aux touristes...à Cuba, il y a le catholiscisme et la santéria (et aussi deux ou trois témoins de jehova ou pentecotistes mais  peu importe !)

La Santéria est un mélange de vaudou et de chrétienté. Lors de la traite des noirs, on imposait aux esclaves africains ou haitiens de renier leurs anciennes croyances et adorations divines. On les forcait à croire en jésus. Les esclaves ont donc détourné les icones catholiques et  en on fait tout autour un monde bien à eux, chaque saint  represente un Orishas, un esprit cubain tel Ochun..

La santéria est basée sur la musique (rumba et rythmes de percus lancinants), la superstition et des céremoniaux bien précis (comme par exemple, jeter par terre pour les anges un peu de la bouteille de rhum qu'on vient d'ouvrir).
Les futures prétresses de ce culte, porteront pendant un an des habits blancs, symbole de pureté.

la  Calejon de hamel est une impasse dédiée à la Santéria, religion afro cubaine.
C'est un artiste peintre qui a fait cette décoration.

toujors_le_calejon_blogC'est coloré, calejon_de_hamel_fille_blogc'est chouette comme tout,

Cette jeune femme achete des produits  destinés au culte de la santéria,des plantes ou autres herbes pour faire des potions de toutes sortes.

Sur le chemin qui nous mène à l'université, ernesto me parle du régime castriste. Il me confirme que personne ne cite le patronime de Vous savez qui (ce n'est  pourtant pas voldemort).
Pour faire allusion à Fidel , il faut juste glisser sa main sur le menton et faire mine de se frotter la barbe.
Ernesto me confie que le systeme en place depuis maintenant 46 ans  est comme un arbre
"les racines sont bonnes mais il faut couper certaines branches".il_ait_chau_blogd

Il est très fier de nous faire visiter sa faculté, elle est très jolie, il y a des petits parcs ombragés ici ou là,  avec des bancs on l'ont peut regarder les etudiantes passer, il y a quelques joueurs d'échecs mais peu de monde car ce sont les vacances.

Cette fac a été construite vers 1900, si je ne m'abuse par les américains et peu de personne y avait accés.

Ernesto me parle de l'éducation cubaine. gratuite tout au long de la scolarité. "une bonne chose ..."
Demain , il aura ses résultats d'examen, il est en licence d'économie, apres avoir été éudiant en chimie "pour fabriquer des médicaments".

Nous évoquons alors l'embargo américain qui on le devine leur pourrit la vie de tout les jours !
Ernesto m'explique que les produits importés sont chers car il faut payer le transport.
En effet, les télés, chaines hi fi , vétements ou medicaments viennent par cargo de l'asie ou de l'europe.
Ce serait beaucoup moins cher si ces produits venaient de la toute proche Floride située à même pas trois cents kilomètres.

Nous sommes donc dans le VEDADO, quartier étudiant qui surplombe me semble t' il la ville, ça grouille de monde,  vous pourrez y trouver des salles de concerts, un marché artisanal  et quelques magazins, Ernesto me montre au passage un homme qui rentre dans le batiment de la radio publique...c'est quelqu'un de connu...

hotel_de_mafieu_blogNous nous dirigeons ensuite vers les grands hotels situés à proximité.
Ces batiments sont majestueux, avec grooms à l'entrée.
Faut tout de même rappeller que toute la mafia americaine s'était implantée depuis les années 30  à la Havane pour faire des affaires juteuses et faire de Cuba le BORDEL DES ETATS UNIS. ils y étaient arrivés, les capone et autres gansters avaient monté un business , lors de la prohibition, où drogues, sexe et alcool attiraient les touristes en mal d'exotisme.
Les ava garder, errol flynn aimaient venir se reposer ici...

Le national hotel  en est le symbole. C'est un lieu magnifique, un hotel luxueux et imposant.
On peut entrer le visiter, on y voit des occidentaux portant camescopes et chaines en or.
on y voit  aussi des jeunes cubaines bien habillées, entourées de photographe et de leur famille.
Elles fêtent leur 16 ans, age de la majorité...c'est un peu comme la communion. Un véritable évenement dans la vie d'une femme.

à l'hotel national, vous pourrez faire du change, aller sur internet ou faire quelques achats, c'est terriblement cher ! et ennuyeux au bout de 5 minutes.
Ernesto nous raconte que Castro y avait fait son QG au moment de la crise des missiles.

Nous sommes à nouveau sur le Malecon...Ca tape comme jamais le ciel est bleu azur, pratiquement aucun nuage. Il est une heure de l'apres midi. il fait au moins 40 degrés. et la vie est belle..

blog_erensto_et_maria_malecon1

Ernesto est un peu décu car nous décidons de longer integralement le malecon et donc de ne point prendre de taxi.. soit plusieurs kilometres de marche  sous ce soleil de plomb. Nous allons rallier le vieux havane.
Ernesto nous dit qu'il n'a jamais fait aussi chaud sur la capitale et qu'il supporte mal les températures caniculaires.

"Que calor..." dit il en s'essuyant le front avec un mouchoir prévu à cet effet.

infirmi_res_blog

Sur la grande avenue on peut voir les coco taxis.
coco_taxi

http://chuchi.zoy.org/photos/cuba/thumb7.fr.html
(vous verrez de jolies photos dont celle ci).

La Havane est vraiment une ville magnifique,
les maisons sont si belles, si délabrées.
le_yong_et_le_yang_blogLe vent et l'air marin n'arrangent rien..le gouvernement aurait décidé de financer un vaste de plan de rénovation.

Maria photographie ce groupe d' étudiantes en infirmières, reconnaissables à leur uniformes, elles n'ont pas l'air bien agées.



Elles se font accoster par les nageurs qui prennent un bain. A mon avis, ce n'est pas un lieu de baignade protégé et vraiment propre.la_havane_et_la_mer_blog2Mais ils sont quand même une cinquantaine à se baigner dans l'océan, la plupart sont habillés de leur jean. ça crie, et ca se jette dans les vagues qui s'échouent sur le bitume.

Nous arrivons donc comme la veille à havana vieira, le vieil havane. Un quartier vraiment agréable car à l'abri des rayons du soleil.

effet_d_optique_blog
Nous nous arretons boire un TUCA COLA sur une terrase.
Avec ce qui est normal, le groupe de son de rigueur.

Cette statue est celle d'un méchant espagnol, un roi ou un gouverneur....
Il réprimait, torturait et humilait les cubano,
le sculpteur s'est amusé à jouer avec un effet d'optique pour ridiculiser le tyran..Saurez vous trouver lequel??

Nous continuons notre promenade.
Ernesto nous emmene dans un endroit insolite et qui vaut le déplacement. c'est la camara oscura, c'est assez bluffant, une invention de léonard de vinci installée en haut d'une tour de 37 étages.

un_toit_la_havane_blog
Nous entrons alors dans une salle obscure, là un homme jongle avec des leviers .
Il y a au centre de la salle, une espece de cuve large ,ronde et  en cuivre, c'est une sorte de miroir qui récupère l'image reflétée par d'autres miroirs placés plus haut.
Ce qui a pour effet de pouvoir zommer et de voir à 360 degrés tout ce qui se passe à l'exterieur, avec en plus une netteté impressionnante. Quel génie ce léonard !!

La journée touche à sa fin. Ernesto doit se rendre à l'aeroport pour  chercher des touristes français.
En fait ernesto y va souvent à José marti... il doit alors prendre un bus bondé , pour  souvent deux heures de trajet, des fois il ne retrouve meme pas les gens qu'il est censé récuperé ou bien ceux ci sont  hyper désagréables.
Tout travail méritant salaire et ernesto ayant fait du très bon boulot , nous le rétribuons à sa juste valeur à savoir très convenablement, mais largement en déça du prix que nous aurions du payer pour avoir un guide à Paris.
( je vous parle de cela car j'ai croisé plus tard des touristes qui eux aussi avaient passé la journée avec Ernesto, ses francais eurent le culot de me dire qu'ils lui avaient donné Deux euros. Un scandale !)

HISTOIRE D'EAU

à Cuba, l'eau courante est censée etre potable, mais bon, il faut éviter de boire l'eau du robinet.
La touriste Carolina, qui est d'origine colombienne, dit que là bas, on tombe malade souvent à cause des microbes ... bon...
Ici la gestion de l'eau en bouteille est primordiale , déja c'est cher niveau budget, comptez cinq litres d'eau par jour pour deux à raison de un euro le litre et demi...ca commence à faire un peu !
et surtout des fois il est difficile d'en trouver...

ce soir là, après cette fantastique ballade, nous rentrons à la chambre épuisés. Nous dinons et faisons un petit somme, Nous nous reveillons sur les coups de 22 heures..completement désydratés, la gorge seche, et pas d'eau à boire...Nous allions peut etre mourir de soif !

Comme il y a des APAGONES, et donc pas de courant, on nous déconseille fortement  pour des raisons de sécurité de sortir dehors chercher à boire, les magazins ou hotels situés non loin n'en auraient en plus pas en rayon.

Maria décide donc de boire au robinet. ERREUR ?
Quand elle l'annonce à nos hotes, ils levent les mains au ciel en disant qu'il ne fallait absolument pas, qu'eux même  mettent du produit dedans etc...
On nous fait alors bouIllir de l'eau avec un machin anti bacteries et puis on fait refroidir l'eau en la mettant dans des pains de glace...VING minute plus tard nous pouvons enfin nous delecter d'une eau douteuse au gout de chlore.

C'est dans ce genre de situation qu'on se dit que l'eau est hyper importante, rare et chère  et que notre systeme en France est vraiment bien fichu...

Ce soir là j'accusais le décalage horaire. Nous restames chez nos hotes, sans electricité.
à parler et chanter. à nous éclairer avec le néon JEDi.

Posté par pedrolane à 12:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 novembre 2005

En voiture Maria ! (troisième jour)

Calle Neptuno, Centro Habana, 9 heures, une clope.
chez_angelo_centro_havana_blog

Troisième petit déjeuner,et OUI déja deux jours de passés !!
( Les bananes que je déguste, à l'apparence un peu passée,  sont tout bonnement délicieuses, c'est simple, c'est comme si je découvrais les bananas, le GOUT , le VRAI!!).
Comme la veille et l'avant veille, je contemple sur le balcon la vie des cubains au petit matin.
Une jeune fille  qui sort dans la rue en cycliste , debardeur rose fluo et bigoudis.
Trois senors enchapeautés  et endimanchés assis sur leurs chaises et écoutant la radio..
Un coco taxi  vide qui klaxonne à tout va et qui grille un stop !

Et dire que demain, nous devrons DEJA partir pour la deuxième étape de notre périple :
Vinalès et la splendide (parait il ) vallée de Pinar Del Rio.

Je Regarde Trop la Télévision.
En tout cas, je commence à etre à l'aise en espagnol,et je me rend compte que je peux communiquer avec plus ou moins qui je veux.
Alors j'en profite pour dialoguer avec Tahimi, jeune demoiselle de 12 ans. Elle me dit à l'aide du dictionnaire  qu'elle s'ennuie souvent , faut dire qu'elle est en vacances scolaires la petite Tahimi, et comme y a que des coupures de courant, elle peut même pas visionner ses émissions tv. Remarque , à part jouer aux dominos et regarder la télé, , je vois pas trop ce qu'elle pourrait bien faire.Il n'y a à premiere vue aucun loisir possible!

Là ce matin , o miracle, ça fonctionne. L'écran télé couleur diffuse des dessins animés.
et ô surprise, je peux y voir une certaine Ariel, LA petite sirène de walt disney.

D'où cette question? Comment se fait il que le régime communiste de Castro diffuse des dessins animés américains?
Un peu plus tard , je constatais ,sur les uniques chaines d'état, la diffusion en PRIME TIME de films hollywodiens.
On me dit que c'était parce que Cuba piratait les USA et donc du coup ne payait pas de droits d'auteurs.et c'est marrant car Ariel est diffuséE non pas en seule fois mais en plusieurs épisodes de 5 minutes, il y a d'ailleurs, aussi des dessins animés made in FRANCE.

Bref, aujourd'hui, au programme, récuperer la voiture que nous avons loué.

hotel_in_la_havana1Nous sommes passés via agence en France, http://www.novelacuba.com/nc/index.aspx,.(de très bons conseils).
Nous allons donc disposer d'un beau vehicule pendant 12 jours, pour traverser l'ile d'ouest en est, en utilisant LA CARRETERA CENTRAL.
A priori, c'est moins de 900 kilomètres sur un réseau dit autoroutier et c'est à priori bien entretenu.

Après avoir  confirmer par téléphone le matin même, rdv est pris sur les coups de 10h30.
L'agence REX, qui a plusieurs bureaux sur l'ile, est censée faire dans le Haut de Gamme.
Ses bureaux à la Havane sont près du National Hotel, au bout du Mallecon.

Je vous raconte tout ça parce que Voila, on a beau etre en vacances, il faut surtout pas, à Cuba, être pressé par le temps. Nous avons dû, ce matin là, poireauté près de trois heures sur le parking de l'agence/station service.  Rien à faire, sauf à prendre son mal en patience.
Des dizaines de touristes, un ou deux hotes(ses) dans un tout petit bureau climatisé, et ça parle espagnol, mauvais english, ou encore danois. Le bordel.

IL devait donc être sur les coups de 14 heures quand nous avons récupéré les clefs de la Daucia...
Avec Maria, nous voulions aller au cimetierre Christif colomb qui est excentré de la ville.
Petit problème :  c'est dur, dur de circuler dans une capitale inconnue, capitale inconnue dont les  speedés autochtones n'ont pas  du tout les mêmes pratiques routières que nous pauvres occidentaux.
Et puis , chut faut pas le dire,  mais j'ai toujours pas à 28 ans mon permis de conduire, donc bon ,je ne  pouvais pas,en bon male que j'aurai du etre, prendre les choses en main ! Et puis même avec le plan c'était pas facile

Bref, pas de christof colomb et deux heures à tourner en rond  nous auront été nécéssaires, pris dans les embouteillages, pour revenir au meme point de départ.
Nous decidons de garer  la voiture en centro Habana. pazza_marti_havana_blog

Voici mesdames et messieurs la place josé marti...
Des places , des rues, des portraits José Marti, il y en a partout à Cuba.
José M. était un héros national lors de la premiere guerre d'indépendance contre l'Espagne.C'était un intellectuel qui a été vivre quelques mois à New York dans le ventre de la béte

Nous décidames vers les coup de 16 heures de nous lacher aux mojitos.

DIrection: El louvré,groupe_de_musica_blog un bar à touriste agréable et  peu onéreux avec du passage...


et surtout d'excellents musiciens from Camaguey, qui furent très gentils avec nous et qui acceptèrent de jouer deux titres que nous leur demandions.
Inutile de vous dire que trois ou quatres mojitos, ca rend chaud ! Maria hésita même à danser en top less sur la table.

 
VOLS DE PASSEPORTS
Quand nous rentrames  pour 20 heures à la maison d'hote, je vis Genevieve touriste francaise au téléphone, elle parlait à un de nos concitoyens...."papiers..argents.....volé..... sac bandoulière....moto...y a plus!!!"
Je mis peu de temps à comprendre malgré mon état d'ivresse quelque peu avancé, que Genevieve s'était faite volé son sac en bandoulière, avec passeport, carte bleue, photo du petit ami  et 300 euros et ce, par des cubains à moto.

calejon_de_a_blogLieu du vol : à la CALEJON DE HAMEL,voir épisode précédent, quartier splendide dédié à la religion afro cubaine: Santéria.
Ce fut la seule fois en trois semaines de vacances à Cuba, que nous fumes de près et (surtout)de loin confrontés à l"insécurité" chère à Sarko.
Alors quand les GUIDES disent qu'il est recommandé de faire photocopie du passeport, et de laisser lors des sorties le vrai passeport et son argent dans les chambres d'hotes , faut les écouter.Non mais sans blagues !

PETITE PARENTHESE PASSEPORT : Si vous ne voulez pas d'ennuis comme Genevieve et poireauter des heures dans les divers bureaux adminsitratifs,scannez donc  chez vous ou ailleurs passeport et photo d'identité. Envoyez les vous par email. Et gardez la copie de l'envoi. Comme ça, au cas où, vous pouvez les récuperer à tout moment grace à la magie d'internet.

HAVANA NIGHT
Carolina et Genevieve avaient croisé l'après midi Manuel et Ruben, deux cubains de 20 ans que nous avions rencontré l'avant veille sur la terrasse du LAS VEGAS. Manuel et Ruben distribuaient  dans le vieil havane, des flyers aux turistas. Je ne sais pas comment ils ont fait, mais los dos amigos ont réussi à se souvenir du portrait de nos deux frenchies (le soir de la premiere rencontre, on n'y voyait foutre rien, faute de courant  et donc de LUZ dans la boite !). Bref nous allions passer la soirée avec eux.

Nous fimes le tour des bars, mais à vrai dire, peu de monde dans les rues et pas beaucoup d'ambiance.
blogLot de Consolation :La Cristal coula tout de même à flots,et cerise sur le gateau , la salsa  d'un bon sax retentissa dans un bar le temps de 4 chansons.

Et puis surtout ce soir là ,les étoiles illuminerent le ciel rien que pour nous ,
rien que pour notre premiere habana by night.




Posté par pedrolane à 17:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


13 décembre 2005

La vallée du tabac (photo) ....(4eme jour )

lavall_1

8 heures du mat...et le soleil qui tape déja...nous ne sommes pas encore parti de la ville et les pots d'echappement font toujours autant de boucan..
Dernier petit dej' à  la Havane, Calle neptuno...Café sucré...Bananes et morceaux de mangue..miam, miam...

rafael_deux


 

Rafael vient nous dire "adios"... il est lui même originaire de Santiago de Cuba, il évoque alors avec nous les charmes et les coutumes de l'orienté (ce sera dans 9 jours ).
Rafael sera là bas pour le carnaval , sa famille  y eleve actuellement un cochon, et qu'on se le dise  le goret sera roti pour la fiesta...

Je vous en avais déja parlé : il manque à rafael un bout d'oreille, il a le lob arraché.
figurez vous que ça lui est arrivé pendant le service militaire. un compagnon de chambrée était ivre, une dispute...
l'autre mord l'oreille à rafa... et pour se venger,celui ci  prit alors une pierre et  avec creva l'oeil de son adversaire.Rafael ne s'attarda pas sur le sujet

écoutez le chanter "lagrimas negras" c'est tout bonnement magnifique!!!!!

 

Départ pour Vinales... Notre nouvelle amie Hilda nous rejoint à la chambre d'hote , elle a un gros sac de sport.
à priori Havana -Vinales se fait facilement en voiture :pas trop de kilomètres et deux itinéraires au choix.
l'un sur l'autoroute "autopista"
l'autre le long de la cote, un trajet parait il tres joli et romantique.

Nous nous arrétons à une station service  à la sortie de la havana ,station qui fait office d'épicerie. à part une bouteille de habana club à trois euros je ne vois rien d'interessant à consommer..
Alors que nous avions demandé notre chemin pour rejoindre l'autoroute, nous nous perdons... et prenons un charmant papito en stop...il s'appelle Luis...
on le dépose là ou il veut et nous nous engageons sur un truc qui ressemble à une autoroute...
là un jeune homme en plein milieu nous fait signe de nous arreter...

"pinar del rio??? can i go with you???

Ce jeune homme s'appelle Daniel et il est tout content que l'on puisse l'emmener à pinar del rio qui se situe à 30 kilometre de vinales...il nous dit qu'au lieu d'arriver en fin de journée comme il l'avait prévu, il va pouvoir etre la bas pour le debut d'apres midi. il est tout content, on lui propose une CRISTAL..il est encore plus content..Daniel nous dit que le soir à Pinar ,il y a un grand rassemblement salsa et que ça va etre la fete...
Pourquoi ne pas changer de programme et rester une nuit sur place??

En tout cas dehors, nous voyons les premiers  champs de palmiers, il y en a partout ...le ciel est nuageux et bas..Pratiquement aucune voiture sur l'autopista...

Une fois arrivé à Pinar, nous decidons de rester pour pouvoir participer à cette fameuse soirée salsa qui a l'air,en plus,d'etre une sacrée beuverie "mucho ron"...
revolutionnairDaniel (à droite sur la photo ) nous emmene donc chez une de ses connaissances succeptibles de nous heberger pour la nuit ...
l'homme a coté de moi est un "revolutionnaire" un compagnon d'arme du CHE GUEVARRA...mais il n'a plus de chambre à proposer, toutes les chambres de la ville semblent avoir été prise d'assaut... il prend donc son telephone afin de nous aider dans notre quête.

Une demi heure plus tard, on visitait une chambre proprette.


Nous commençons donc  à remplir avec le proprietaire(qui est moustachu et qui porte un chapeau en paille) les differents formulaires administratifs relatifs à la location quand SOUDAIN Hilda
se rend compte qu'elle n' a pas sa carte touristique sur elle et qu'elle l'a oublié à la havane...zut!!!! le proprio ne veut pas prendre de risque, il ne peut pas louer la chambre si il n'a pas le papier...il peut perdre sa licence et payer une grosse amende...ça ne rigole pas du tout...moi je commence à etre ivre...il est treize heure et j'en suis à ma troisieme biere...

nous décidons donc d'aller directement à vinalès...tant pis pour le grand rassemblement salsa...adios Daniel!

imaginez la route des  vacances, un petit mambo sur la radio locale, une vegetation luxuriante, tout est vert.
les maisons sont colorées..le trajet Pinar-Vinales est tout bonnement agréable. C'est la nature, les caraibes, le depaysement assuré...mogottes_deux


Mon dieu que c'est beau, comme dans le guide du routard, les mêmes mogottes pour de vrai...Les mogottes sont ces espèces de petites collines...c'est le resultat de tremblements de terre ou de trucs calcaires...c'est vachement chouette en tout cas , il y en a aussi en asie du sud est, c'est tres rare parait il...
Vinales doit etre trois kilomètres plus bas sur la droite.



On s'arrete à un hotel, "HOTEL  LOS JASMINEZ "passage obligé repertorié dans les deux guides.
L'etablissement surplombe la vallée, il y a une piscine (le revetement se decolle à plusieurs endroits ). Les touristes y batifolent.
On peut s'y restaurer en se mettant sous un parasol . Je ne peux que vous recommander si vous appreciez les gros spaghettis trop cuits et mal éssorés "el spaghettis" à 1 CUC l'assiette, vous en aurez pour votre argent.

Nous prenons un cubain en autostop ,il va nous emmener à notre casa.

V
inales est un tout petit village et les maisons ont l'air coquette. 
chicho_2_d
Voici nos hotes, nous allons rester chez eux quatres nuits.
Chicho et xiomara...
Inutile de vous dire qu'hilda a connu à vinales la meme mesaventure adminsitrative  que precedemment.
Dans la province de pinar del rio, il faut absolument que les touristes aient sur eux  leur carte touristique pour louer une chambre, c'est ecrit texto dans le lonely planet....

Apres une mise en scene de hilda qui faisait genre "oh mince , zut j'ai perdu mes papiers ...." , xomiara accepta de nous prendre malgré les risques encourus , trois touristes pour 4 nuits en demi pension, c'est pas mal quand même .

Mais il fallait croiser les doigts pour qu'il y ait pas de controles et de problèmes.
 
 

En tout cas , je peux  affirmer que les gens de vinales ont l'air heureux..Contrairement aux cubains des villes, ils ont  plus facilement de quoi se nourrir avec  petits arrangements ou autres potagers...les maisons que j'ai pu voir y  étaient tres bien tenues. Pas d'ordures sur les trottoirs, enfants bien elevés, les gens qu idisent bonjour et vous sourient...mais pas d'electricité le soir ....APPAGONES...

Un jeune homme de 16 ANS JOSE, le voisin d'en face aida Maria à decharger les baguages de la voiture  et les ramener à la casa , soit trois cents mètres...Il refusa, dignement, meme apres insistance, la pièce que je lui donnais en guise de remerciement. L'effet "maria" surement....

16H30 : Formulaires remplis...valises posées...et ballade dans le centre ville...Petite eglise, petites rues, petite place, en fait on en fait rapidement le tour de Vinales...de la musique s'echappe de la Casa POLO MONTANEZ...
il est temps d'aller deguster des Mojitos en terrasse, et rien de plus agréable qu'un petit Son...

En meme pas 5 minutes, nous faisons la connaissance de deux jeunes cubains.
Yvan lé térrible et  Juan Marcos. Ils nous invitent à danser avec eux...puis viennent à notre table et nous propose du RON pur...vive l'apéro cubain !! il doit faire 25 degrés. Nous sommes aux anges.


hildae_2c'est l'heure de diner déja...

Notre hotesse a préparé des bons petits plats (soupe, cuisse de poulet, haricot , riz ou bananes frites) qui mettent l'eau à la bouche de Hilda...
Xiomara nous propose d'ailleurs toutes sortes de service...rando pedestre, equestre, massages ou encore spéléo...Cerise sur le gateau, un ami à elle peut venir gentimment nous vendre des souvenirs...on verra !!




Cette premiere soirée à Vinales fut un regal. Mojito, ron et salsa à volonté...
Et le moment venu, ni  la chaleur,ni les moustiques, ni les ronflements de maria ne purent m'empecher de dormir....


( dans le prochain épisode...notre randonnée pedestre dans la vallée du tabac,et  je vous raconterai comment on a failli mourir de soif par 40 degrés..photos exclusives et de toute beauté )

Posté par pedrolane à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 décembre 2005

En suivant le guide...(5 eme jour)

ra0767_1

Je me réveille avec une sacrée gueule de bois et cette question :
"Combien de mojitos j'ai bu la veille à la casa POLO MONTANEZ ?" .

polo12Polo montanez etait un bucheron qui habitait dans la province de pinar del rio...il chantait et jouait de la guitare... des chansons "country"...un paysan simple et vrai..il  s'est fait reperé  sur le tard par un producteur francais et a eu un enorme suççès et à Cuba et à l'international .
Polo montanez est mort betement dans un accident de la route. http://www.embacubalebanon.com/polof.html : c'est l'hommage que lui rend Granma, le journal du parti...

Hier soir avec maria ET HILDA, on s'est laché. Nous avons retrouvé nos nouveaux amis Yvan et juan marcos. Ils nous ont accueilli à bras ouverts.Les cubains étaient avec des touristes danoises.
RHUM toute la soirée...et un petit groupe en live bien efficace...beaucoup de touristes par contre, et ambiance un peu club med.
Mais pas mal DU TOUT le Polo montanez...et reveil vraiment dur à neuf heures..

Aujourd'hui, on fait une randonnée à pied, notre hote nous a proposé les services d'un guide "au black".
Il s'appelle Lionel.... Ses tarifs : 20 euros par personne.lionel2


à Vinalès , on est donc à la campagne.
On peut voir  ici ou là de gros cochons marrons attachés à une corde ou laissés en liberté. et en même pas cinq minutes nous sommes sorti du village pour atterir dans la nature..






cmoi_1

Il doit etre 10 heures trente et je suis déja en sueur...
(petite parenthèse : si comme moi vous avez des problemes de sueur, procurez vous une PIERRE D'ALUN, tres efficace pour reguler la transpiration et 100% naturel)

Il fait un temps magnifique, des nuages masquent un peu le soleil mais le mercure ne chome pas ...




randov_1

Lionel qui a de la suite dans les idées, fait marcher le commerce local... un agriculteur nous propose des ananas et autres fruits.

il faut prendre des vitamines credieu !!

randov_3



Les cubains aiment beaucoup les chiens...les perro !!
mari_vinales1

Un conseil quand vous partez en "trekking" n'oubliez pas de prendre de l'eau...

En fait on s'est rapidement rendu compte qu'on n'en avait pas apporté assez.
Une bouteille d'1,5l  deja entamée. Pour quatres personne , ça fait pas beaucoup, surtout quand il fait 30 degrés..
En plus, j'avais hyper soif à l'origine  à cause de mon état postalcoolisé.

il fallait donc se rationner....

marche_11

pas si facile surtout quand l'on doit monter un immense escalier...




Lionel nous explique que pendant la crise des missiles en 1962, Castro avait caché les fameux missiles russes dans ces grottes. et que les cubains devaient  aller s'y cacher en cas de bombardements.

Il paraitrait meme que le Che et ses hommes soient allés s'entrainer dans cette zone.




randon_11
Lionel essaye de trouver une solution pour notre probleme d'eau.
Hilda se sent mal, elle veut faire demi tour.
faut dire qu'elle avait tout autant picolé que moi la veille...

Mais il fait avancer, toujours avancer.
capays_1







Nous rencontrons des paysans très aimables qui nous disent d'aller voir tel ou tel type...
unpays_1

Les techniques agricoles ici sont rudimentaires, les hommes sont dans les champs à couper le foin ou un truc qui y ressemble à la machette...





A un moment donné on nous propose de boire de l'eau dite de source.On a tellement soif que l'on accepte.
Et puis comme j'avais pris des medocs, j'étais constipé depuis trois jours. Donc bon , je me disais qu'une petite colique ne m'aurait pas forcement fait de mal...
unguid_1

et puis ça s'arrangeait pour Hilda, notre guide avait négocié al location d'un cheval pour la demi journée.
5 pésos convertibles (ou CUC)

Lionel etait tres sympa, il parlait un peu anglais.
Il avait été  à Londres et amsterdam dans un squatt, avec des danseurs ou autres traficants de drogues colombiens.

Il ne porte pas vraiment le regime dans son corazon.


Lionel a meme osé blasphémé sur ernesto CHE Guevarra.

vinale_1

il nous apprend par la meme occasion qu'a cet endroit, il y a une dizaine d'année, il y a eu de terribles innodations dans la vallée et que des inondations avaient fait des dizaines de victimes et notamment femmes et enfants..







piscin_1


Histoire de nous rafraichir, il nous a emmené ensuiTe dans une grotte avec à 'l'interieur une piscine naturelle.
A l'entrée , les différents guides s'echangeaient des lampes torches et chacun leur tour, ils allaient avec leurs touristes se baigner dans la prénombre...

Experience sympa quand des touristes néerlandaises ne viennent pas hurler dans vos oreilles parce qu'elles ont laissé leurs chaussures dans la boue .



cafait_1

I am a poor lonesome turist...
L'apres midi touche à sa fin...Le ciel se couvre. Il se met à pleuvoir..

Le soir même, à la Casa POLO MONTANEZ, je découvrais avec stupeur que la bouteille de RON était à 4 euros.
J'allais  donc boire encore plus que la veille.

Posté par pedrolane à 16:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 décembre 2005

Cayo Jutias (6eme jour)

cayrou_1

Qu'on se le dise c'est fatiguant les vacances à Vinalès...
La soirée a encore été torride et chaude, en tout bien tout honneur bien sur...
A la casa Polo Montanez, nous avons dégusté cuba libré sur cuba libré.

Arrivée la bas sur les coups de 22 Heures.Il n'y a pas d'électricité donc pas de lumière dans les rues.

Sur la place de l'église,un groupe de "son" met l'ambiance.Les cubains et les nombreux touristes presents picolent déja en attendant l'ouverture de la Casa qui a un groupe electrogene.

Entrée de la Casa:2 euros. Nous la payons pour le "petit" José ,notre voisin de 16 ans, et son ami du meme age.Vu le tarif d'entrée du club par rapport au salaire moyen du pays, vous comprendrez que le cubain lambda ne peut pas tout les soirs s'offrir ce luxe.

Il y a des habitués à POLO MONTANEZ ( si vous y allez vous les verrez...).
Yvan et Juan marcos, attablés et  entourés de jolies occidentales, des allemandes cette fois.
Peut etre des jineteros.
Vous savez ces cubains qui vivent de petites arnaques et qui  profitent de la credulité des touristes.

Je leur pose la question en rigolant "Etes vous des Jineteros??"
Ils ont pas trop apprécié et me font avaler dans la foulée du ron pur.

Le principe est simple là bas...des tables avec des gens autour, cubains ou vacanciers.
Bouteille de rhum: 4 euros. Canette Tuca-Cola: 50 centimes.
Le but etant de payer à tout le monde des tournées générales.

Reveil très très dur. Avec mal au ventre et à la tête.
Tellement envie de dormir...
Mais il faut se lever, nous avons rendez vous avec Lionel, notre guide de la veille.

Il va venir avec nous à Cayo Jutias, au nord.
Une plage  soit disant paradisiaque .C'est à une 40 aine de kilomètres.

Moi sur le trajet ,je dormais tellement j'étais mal...mais Voila le genre de choses qu'on peut voir sur le bas coté.
0683_039

Photos trouvées sur http://www.swisscastles.ch/cuba/default.htm

0683_037

Cayo Jutias est un ilot relié à Cuba par un pont.
Il y a la Police qui controle les voitures peu avant d'arriver.
Lionel panique un peu et fait semblant de dormir pour pas avoir de problémes.
"Policia de mierda !!"
Selon lui, cayo Jutias serait la partie de cuba la moins éloignée de la Floride et les candidats à l'exil seraient nombreux mais bon il y a des requins affamés dans cette partie de l'océan atlantique.

Il n'y a personne, peut etre trois ou quatres voitures.C'est 5 cuc l'entrée, boisson comprise.
il fait chaud....
lafill_11

Moi je me pose sur ma serviette et me met de la crème.
Je me rend bien compte au bout de 5 minutes que ca va pas durer et que je vais tourner de l'oeil.

Je vois Lionel, qui a bu lui aussi la veille s'allonger et s'endormir dans l'eau...

Hilda et Maria sont,elles, tres génées par les Mosquito.
Il y en a partout....et ils piquent les fumiers.

 


Plaffffffffffffff....
J'ai la colique en plus. Ca va vraiment pas...

On se trouve un parasol (payant) sous lequel je passerai la plus grande partie de la journée allongé sur un transat.
A somnoler, à lire mon bouquin de 900 pages  "Les Vivants et les morts"  et à faire  des allers retour dans les fourrés...au loin il y a des éclairs et le ciel est bien bas...mais que l'eau est bonne..

cayrou_11Près de 5 mois après, je me dis que c'etait le pied d'etre sous un transat au bord de la mer , dans les caraibes.Meme si j'étais dans un piteux état.





C'est l'heure de rentrer...Lionel nous demande si un de ses amigos peut profiter de la voiture.
Nous passons chez lui pour qu'il puisse se changer, l'ami en profite pour ramener une K7 du groupe LA INDIA.
L'idéal pour l'auto radio. A noter l'état déplorable de la bande magnétique.

le quartier ressemblait à peu près à ça...cub033t1

http://www.hanshendriksen.net/cubagallery.htm
un site où les photos pourraient presque toute devenir des cartes postales.


Posté par pedrolane à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2005

DADA

unevac_1

mariaa_1

Dernière Journée à Vinalès...
La soirée au POLO Montanez a été une nouvelle fois mouvementée.
et l'alcool à base de sucre de canne a encore coulé à flots...

Au Polo Motanez on s'amuse comme des fous.
Meme si on se croit par moment dans un club de vacances...

Un animateur tres gentil' aux cheveux gominés et bouclés met l'ambiance en parlant aux touristes dans pleins de langue différentes. Et il organise, pendant les pauses des musiciens, des petits concours pour faire participer le public bon enfant..

L'avant veille ,j'avais representé la Francia pour un pseudo concours de percus. Un grand moment de solitude quand vous avez les projecteurs dans la figure et que vous etes jugés à l'applaudimètre. Je me demandais vraiment ce que je faisais là...

La maria ,elle, a participé hier à un concours de danse et figurez vous qu'elle a gagné...de la danse afro...la maria a été ovationné par les cubains et les vacanciers. Faut dire qu'elle remuait vraiment bien son popotin..

Bref, Dernière journée à Vinalès et randonnée à cheval au menu..

Tout un programme quand on sait que nous allions chevaucher des  animaux ammaigris et nous coltiner une famille de danois...

Le débat est donc ouvert. Faut il encourager l'équitation dans de conditions aussi déplorables?
Les animaux n'étaient pas spécialement bien portants et le propriétaire utilisait un martinet clouté pour les faire avancer les chevaux flaquito.

Rajoutez à cela trois hommes.UN père et ses deux fils adolescents. Erik, niels et Morten. Des danois.
Une randonnée folklorique.

turist_11

Il faisait chaud : genre 35 degrés.
Les équidés avançaient tout doucement.

La selle me faisait deja mal aux fesses. En plus le bout d' un clou rouillé,planté dedans, se frottait à ma cuisse à travers mon bermuda.

Le papa danois est  prof d'économie, nous parlons en anglais du modèle social du danemark et du NON francais au referendum.
Erik parle fort et rit tout seul de ses phrases. Il a autour du cou un camescope dernier cri et un appareil photo hig tech.

vinale_11
Une scène assez surprenante: un des danois veut se debarasser d'une de ses canettes de coca et la jette dans la nature.
Peu de temps apres je vois le cubain faire la meme chose, je lui fais la reflexion et me dit que quelqu'un passera  ramasser la boite  et que l'environnement c'est pas sa préoccupation principale.

Il va nous emmener chez des membres de sa famille.
Ils cultivent du tabac et vont nous faire  à une démonstration de fabrication de cigare.Nous attachons donc nos étalons.

lesynd_11

Nous sommes accueillis par des gens charmants.C'est un jolie ferme avec des arbres et des chats, chiens. IL y a aussi des biquettes.
Nous nous installons autour d'une table en bois.
Il ya déja deux autres touristes,un couple de suisses "from zurich".
On nous apporte une tasse de café et des morceaux d'ananas.

Il y a aussi Guillermo, un beau sénior. Cest lui qui nous explique comment on roule un cigare, un Puro...
et ce qui est marrant c'est qu'il colle la feuille de tabac avec du miel.
miguel1

Tout un art de faire des cigares. Il nous en propose un.
cafume_1

C'est très bon de fumer le cigare avec un petit café sérré.Guiillermo nous dit qu'il a plus de 70 ans et q'uil fume le puro depuis l'age de 15 ans. "Tout naturel et sans pesticides".

Cette demonstration aurait pu s'arreter là mais nous n'avons pas vraiment envie de partir.
nature_1

Les suisses nous quittent déja...Nous restons avec guillermo qui nous parle de sa vie et de l'agriculture de tabac.
Il nous emmene dans une espace de grange où il met à secher les feuilles de tobbaco, mais là il n'y en a pas, elles sont déja prête à etre rouler dans les ateliers de Pinar del rio. Hilda ne s'interesse pas trop à la conversation et s'attarde sur des tout petits bébés chèvre...

miguel_1Guillermo nous propose alors de nous montrer un petit trou d'eau ou il allait se baigner etant enfant.
Il y retourne de temps en temps avec une bouteille de ron.

Il nous montre des palmiers immenses sur lequels il grimpait pour recolter les longues feuilles.
Guillermo nous montre des chauves souris et des oiseaux.
Il y a plein de gros lezards partout et un des danois tente d'en
attraper un .En vain.

Guillermo nous montre alors comment d'un bout d'herbe il fait un noeud coulant pour les attraper plus facilement.

famile_1

Cette pause chez guillermo fut vraiment exceptionnelle.
La nature avec des gens simples.
Le temps s'arrête...

Posté par pedrolane à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2005

La ultima fiesta...(7 eme jour)

moidev_1
Une randonnée à cheval pas si nulle que çà donc, mais bon...
La randonnée à pied de l'avant veille était surement plus jolie...

Avec Maria ,nous allons ensuite au jardin botannique, un lieu référencé dans le Routard et qui se trouve dans le village de Vinalès , non loin de la station service.

C'est le jardin de deux soeurs, deux femmes tres agées qui font de la Santéria. IL y a un grand portail blanc orné de fruits et autres babioles.
Ce jardin botannique a toute une histoire qu'une guide parlant francais se fera une joie de vous raconter.

On a pu apercevoir dedans des colibris et toute une variété de fruits ou de plantes caribéens.
Une pensée pour ma grand mère Irene que cette visite aurait passionnée.Endroit agréable car à l'ombre.

Petit detour vers la casa pour prendre une bonne douche et se changer. Il est 17 heures...
L'heure??  l'heure???
"Du mojito....." c'est gagné !!

A la casa Polo montanez, nous retrouvons nos "amis" cubains, la soirée se prépare.
Et le samedi c'est jour de fête, le meilleur groupe du coin a été programmé , ils font la balance.
salsav_1

Des danseurs vraiment jolis (surtout les jeunes filles) s'entrainent sur des airs de salsa.

Une démonstation spectaculaire avec pleins de pas et de trucs différents avec les bras et les jambes.





yavnle_1

J'interviewe nos amis en guise de souvenirs sonores.
Juan carlos nous chanta un air des Orishas
Esteban évoqua lui les bienfaits de vivre à la campagne.

Yvan le terriblé recita même un poeme, un ode à l'amour, specialement dédicacé pour Maria.





imporm_1

"El grupo" de la soirée était attablé non loin.
Je leur demandais de bien vouloir me jouer ,afin que je puisse enregistrer, quelques chansons de leur repertoire.
Les musiciens avaient deja entamé une deuxieme  bouteille de ron.
Ils m'appelerent le percussionniste, qui arriva avec ses bongas.
Un autre alla chercher des maracas.
et ils jouerent genereusement.enchainant solo et choeurs.
Et notamment "bilongo" repris entre autre par la Fania.


chicho_1

Nous avons profité de cette dernière soirée pour énormement échanger avec nos hotes Chicho et Xiomara.

Un couple fier d'etre cubain, et fier d'etre socialiste par la même occasion. Ils nous ont, loin de la propagande,, expliqué fierement leur revolution.
Et même si la vie n'etait pas facile tout les jours, ils se battraient pour que ce systeme survive à Castro.

Ils en parlèrent de façon émouvante.

Chicho me joua alors à la guitare deux chansons.L'une etait un hommage aux soldats cubains morts en angola. Dans une guerre civile made in COLDWAR.
Chicho  qui n'est pas chanteur joua un peu faux. Mais il y mit tout son coeur et son interpretation fut terrible.
Pour chicho tapez 1.


En tout cas cette dernière soirée fut mémorable.
Le groupe était d'enfer...
la casa polo montanez était bondée de monde. Il nous fallait serrer des coudes pour rejoindre le bar.
Les deux tiers des gens étaient des cubains.Une chaleur accablante.
Et ça picolait, ça dansait,ca gueulait,ça suait, ça chantait.
Je rigolais avec les serveurs, je retrouvais tout les cubains que j'avais croisé ici à Vinalès, nous trinquions de plaisir,nous discutions de tout et de rien  dans des melanges de francoangloespaniol...
De charmantes cubaines me faisaient de l'oeil, les hommes faisaient la queue pour danser avec Maria.

Et le groupe sur scene qui donnait tout ce qu'il avait
Son chanteur qui  n'arretait pas d'enerver les cubains pour qu'ils mettent le feu au  club...

La soirée se termina au petit matin. J'avais du rhum et de la musique plein la tête.

Dans deux heures, nous devions quitter Vinalès pour Santa Clara. La ville du CHE...

Posté par pedrolane à 14:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]